• Xenoblade Chronicles

    ÉDITEUR  : Nintendo

    DÉVELOPPEUR : Monolith Soft

    GENRE : Action, Rpg

    PLATE- FORMES : Wii, N3DS

    Sortie (France) : 19 août 2011

     


     

    Xenoblade Chronicles

     

    Introduction :

     

    Yo tout le monde !  Je vais vous présentez un J-Rpg, mais pas n'importe lequel, je parle de Xenoblade Chronicles ! Pour moi c'est le  meilleur Rpg qui soit sur la console WII !

     


     

    Histoire :

     

    Xenoblade Chronicles

     

    Le monde n'était au départ qu'un océan infini au milieu duquel, durant des siècles, les titans Bionis et Mekonis, d'une taille de plusieurs centaines de kilomètres, s'affrontèrent sans relâche à coups d'épée jusqu'à finalement s'éteindre debout, liés à jamais à l'endroit où leurs épées se sont entrechoquées pour la dernière fois. Les deux colosses se sont fossilisés et ont peu à peu accueilli la vie. Sur le géant de pierre Bionis apparurent les Homz, tandis que sur Mékonis, le colosse de métal, apparurent les Mékons, robots mus par une volonté inconnue. Un an avant le début de l'aventure, Dunban, combattant expérimenté, met un terme à la guerre provoquée par une incursion de Mékons lors de la « Bataille de la Vallée de l'Epée », grâce à son épée Monado. Le joueur dirige Shulk, jeune bricoleur de la Colonie 9 fasciné par les pouvoirs de la Monado.

     


     

     

    Personnages :

     

    Xenoblade Chronicles

     

     

     Xenoblade Chronicles

        Shulk : C'est le héros principal de l'histoire. Beau jeune homme, scientifique en herbe, il aime récupérer de la ferraille pour en fabriquer tout sorte de chose comme des armes. Avec Reyn, ils ont décidés de détruire le Mékon qui a attaqué leur colonie natale.

     

     Xenoblade Chronicles

     

     

                 Reyn : Membre de l'armée de la colonie 9 et ami d'enfance de Shulk. Optimiste et travailleur, même s'il lui arrive parfois de s'emballer un peu vite et de prendre les choses trop à cœur.

     

     Xenoblade Chronicles

    Fiora : Jeune femme affectueuse et énergique. Fiora est une amie d'enfance de Shulk et ressent une certaine tendresse à son égard. C'est la petite sœur de Dunban.

     

     Xenoblade Chronicles

          Dunban : Véritable héros des Homz, il lui est arrivé de pourfendre de nombreux Mékons avec la Monado. Il récupère à présent des blessures héritées de ce combat mené il y a un an.

     

    Xenoblade Chronicles

           Sharla : Médecin de l'armée de la colonie 6. Femme ayant les pieds sur terre et dotée d'un grand courage, elle excelle au tir.

     

    Xenoblade Chronicles

              Riki : Membre du village nopon perdu dans la forêt, sur le dos de Bionis. C'est leur héropon! Il agit et s'exprime comme un enfant, mais il garde un précieux secret...

     

     Xenoblade Chronicles

         Melia : Jeune membre de l'espèce hayenthe, qui a bâti une vaste civilisation sur le crâne de Bionis. C'est une experte en attaques à l'éther.

     

    Xenoblade Chronicles

      Dickson : Vieux copain de Dunban, son expérience lui vaut un grand respect de la part de son entourage. Il s'occupe de Shulk, l'orphelin.

     

     

     Xenoblade Chronicles

         Mumkhar : Soldat roublard, mais compétent. Il s'est mesuré à Dunban pour être celui qui manierait la Monado.

     

     Xenoblade Chronicles

             Gadolt : Vaillant soldat de l'armée de la colonie 6. Son arme de choix est le fusil à éther. Il est le petit ami de Sharla.

     

    Xenoblade Chronicles

       Alvis : Jeune homme mystérieux qui fait irruption dans la vie de Shulk. Il semble détenir des informations sur la Monado.

     

     Xenoblade Chronicles

    Kallian : Prince héritier hayenthe et frère de Melia. Il aide son père à gouverner l'empire depuis le palais impérial.

     

     

     


     

    Avis :

     

    Xenoblade Chronicles est tout simplement une des plus grandes claques vidéo-ludiques de ces 25 dernières années. Sorti de nulle part de la manche de Nintendo au cours d’un trailer à l’E3 2009 sous le nom de Monado (l’épée légendaire au cœur du jeu), rien ne prédestinait à priori le titre de Monolith Software à entrer au Panthéon des RPG japonais et plus généralement au Panthéon des jeux vidéo tout court. Si l’on met de côté ses deux défauts mineurs (l’absence de bestiaire et d’encyclopédie un peu fouillée pour remplir facilement certaines quêtes annexes… mais aussi ses graphismes en résolution standard -WII oblige- qui pourront « piquer » un peu les yeux sur les écrans HD de grande taille), Xenoblade réalise un sans-faute et plus encore.

    Xenoblade Chronicles

    (Monado)

    Le joueur sera d’abord frappé par la cohérence d’ensemble des mondes visités situés sur le corps de deux géants en guerre que l’on croyait figés pour l’éternité (Bionis l’organique et Mékonis le mécanique). Décors qui offrent par ailleurs des aires de jeux immenses et sont juste magnifique à voir (la Jambe de Bionis, le marais Satorl, la Jungle de Makna, la mer d'Eryth, le Massif de Valak ou le Bras Gisant en sont les meilleurs exemples)

     

    Xenoblade Chronicles  Jambe de Bionis

     

    Marais Satorl  Xenoblade Chronicles

     

    Xenoblade Chronicles  Jungle de Makna

     

    Mer d'Eryth  Xenoblade Chronicles

     

    Xenoblade Chronicles  Massif de Valak

     

    Bras gisant  Xenoblade Chronicles

     

     

    transfigurées par la stimulation et la récompense perpétuelle de l’exploration : vous éloigner des sentiers battus (une flèche ou un résumé en fil rouge vous aidant à ne jamais perdre de vue l’histoire principale, un bon point pour ceux qui travaillent et ne peuvent jouer que par courtes sessions espacées) vous rapportera des objets rares (utiles pour les quêtes annexes), vous fera découvrir des lieux secrets (rapportant beaucoup de points d’expérience) ou vous fera combattre des mini-boss facultatifs (avec expérience, équipement rare et techniques de combat avancées -les arts- à la clé).

    Mais c’est également son scénario à rebondissements (par deux fois j’ai cru en voir la fin et par deux fois je suis reparti pour quinze à vingt heures de plus) qui vous tiendra en haleine, le tout avec une grande fluidité de progression (à l’exception de deux boss qui pourront vous poser problème et vous forcer à faire un peu de level-up) servie par un système de combat en temps réel totalement transparent et ne cassant jamais le rythme de l’exploration.

     

    Xenoblade Chronicles

     

    C’est ainsi plus ou moins une bonne centaine d’heures de jeux qui vous attendent, que cela soit avant le boss de fin ou en post-game (la durée de vie exacte étant difficile à évaluer tant le jeu vous pousse à vous éloigner quelques heures de votre quête principale) : à elle seule la quête de la reconstruction de la Colonie 6  devrait vous tenir en haleine plusieurs heures.

    L’histoire et l’univers de jeu sont si prenants qu’on n’espère jamais voir défiler le générique de fin (qui intervient pourtant bien plus tard que dans la plupart des ténors du genre roupillant tranquillement aux alentours de 30 à 40 heures de jeu). Beau, majestueux, cohérent et addictif, Xenoblade fait tout simplement partie de cette catégorie de jeux dont on se souvient encore un peu ému, étranglé par la nostalgie, plus de 15 ans après y avoir joué. C’est bien simple, mêmes pour les plus allergiques à la WII, aux textures en basse résolution, et à Nintendo, Xenoblade vaut à lui tout seul un investissement de 200 € (pour la console et le précieux jeux). Un jeu culte, et pour longtemps…

     

    Xenoblade Chronicles


  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Avril 2015 à 15:22

    N'ayant pas eue la chance de le faire sur Wii, je suis actuellement en train de me le taper sur 3DS XL..C'est une véritable tuerie ! =)

    Je ne peux que le conseiller à tous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :